Endométriose: faut-il faire un bilan hormonal ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le bilan hormonal est une procédure médicale pour vérifier le système hormonal féminin. Il intervient généralement en cas d’infertilité chez la femme.

L’endométriose, quant à elle, est une affection gynécologique caractérisée par un décollement des tissus utérins sensibles aux changements hormonaux.

Quelle est donc la pertinence d’un bilan hormonal pour l’endométriose ? Quelles sont les techniques de diagnostic adaptées ? Toutes les réponses dans cet article.

Endométriose: faut-il faire un bilan hormonal ?

La méthode radiologique pour diagnostiquer l’endométriose

Après une entrevue avec un médecin traitant, l’examen radiologique est la première option pour diagnostiquer l’endométriose. Il consiste en une série d’analyses différentes.

  • L’échographie pelvienne : elle consiste à employer les ultrasons pour visualiser la région douloureuse. Les spécialistes introduisent parfois une sonde dans le milieu vaginal pour détecter d’éventuels kystes ovariens. L’échographie est alors dite endopelvienne.
  • L’imagerie par résonance magnétique : l’IRM favorise une vision précise des organes internes. Cet examen permet de déceler les kystes, les lésions ou encore les nodules à l’origine de l’endométriose. Elle vient compléter les résultats de l’échographie pour un diagnostic plus complet.
  • L’hystérosalpingographie : bien que ce terme puisse paraître impressionnant, il désigne simplement une analyse radiologique du milieu utérin. Cette technique se sert des rayons X pour détecter les dysfonctionnements de l’utérus liés aux adhérences des trompes. Il convient toutefois de souligner que cette méthode intervient uniquement en cas de complications.
  • L’échographie endorectale : cet examen reprend les principes du diagnostic endopelvien et les applique au rectum. Il s’agit ici de déterminer les blessures profondes causées par l’endométriose sur le rectum.
  • Les examens du côlon : les examens du côlon sont nécessaires pour les cas graves d’endométriose. Ils permettent d’analyser le rectum, le colon et les uretères dans l’optique d’un diagnostic efficace. On distingue le colo-scanner à l’air et l’uro-scanner. Les spécialistes recourent aussi à la coloscopie virtuelle.

Affection gynécologique : la méthode chirurgicale pour la diagnostiquer

La chirurgie apparaît comme le second moyen pour diagnostiquer l’endométriose. Ce procédé médical se décline en deux variantes qu’il convient de présenter.

  • La laparoscopie : cette méthode mini-invasive est considérée comme le diagnostic par excellence de l’endométriose. Dans les faits, la laparoscopie se sert d’une sonde pour explorer la région pelvienne. D’autres instruments médicaux sont introduits à travers des entailles de 5 à 10 mm. La laparoscopie offre un net aperçu des lésions à l’origine de la pathologie. Elle permet également d’extraire des biopsies dans l’optique d’entériner le diagnostic. Il s’agit toutefois d’une technique chirurgicale. À ce titre, elle doit être utilisée de façon justifiée.
  • La laparotomie : cette technique de chirurgie est une section de l’abdomen. Elle vise également une analyse complète de la maladie. Elle est cependant très peu utilisée en raison de la praticité de la laparoscopie.

Le rôle médical du bilan hormonal

Le bilan hormonal est une analyse sanguine. Le processus est du ressort des laboratoires. Il poursuit de nombreux objectifs de santé :

  • identifier les dysfonctionnements à l’origine d’une infertilité ;
  • rassurer le patient quant à son état de santé ;
  • abandonner la prise en charge médicale préalablement contractée ;
  • se prononcer sur les probabilités d’une grossesse chez la femme.

Il s’agit ici d’exploiter les glandes endocrines pour faire le point sur la capacité d’une femme à tomber enceinte.

L’endométriose est une affection relativement complexe. Elle nécessite donc des méthodes de diagnostic adaptées au-delà de l’anamnèse.

Bien que le bilan hormonal puisse orienter vers une maladie gynécologique, il n’est pas efficace pour détecter une endométriose. Il s’agit surtout d’un diagnostic pour l’infertilité.


Lisez aussi:

Endométriose et saignement du nez: quelle solution ?

Endométriose: comment s’en sortir pour avoir un bébé ?