Comment sortir de l’endométriose? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Comment sortir de l'endométriose? Les solutions

Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’endométriose concerne près de 10 % des femmes françaises en âge de procréer. Et le chiffre ne fait qu’augmenter régulièrement. Même si aujourd’hui un traitement définitif de l’endométriose n’existe pas encore, l’hormonothérapie ou la chirurgie constituent des solutions phares pour empêcher l’évolution de cette maladie chez la femme. Le point sur ces solutions pour accompagner et traiter l’endométriose.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose, parfois appelée « endo », est un problème de santé courant chez les femmes. Elle tire son nom du mot « endomètre », tissu qui tapisse normalement l’utérus ou l’utérus.

L’endométriose est la croissance anormale du tissu endométrial, similaire à celle qui tapisse l’intérieur de l’utérus, mais dans un endroit à l’extérieur de celui-ci. Le tissu endométrial est éliminé chaque mois pendant les menstruations. Les zones de tissu endométrial trouvées dans les endroits ectopiques sont appelées implants endométriaux.

Ces lésions se trouvent le plus souvent sur les ovaires, les trompes de Fallope, la surface de l’utérus, l’intestin et sur la muqueuse de la cavité pelvienne, c’est-à-dire le péritoine. Il est moins fréquent sur le vagin, le col de l’utérus et la vessie. Rarement, l’endométriose peut survenir à l’extérieur du bassin. L’endométriose a été rapportée dans le foie, le cerveau, les poumons et les anciennes cicatrices chirurgicales. Les implants endométriaux, bien qu’ils puissent devenir problématiques, sont généralement bénins, c’est-à-dire non cancéreux.

Les signes et symptômes de l’endométriose

La plupart des femmes atteintes d’endométriose ne présentent aucun symptôme. Parmi celles qui en sont touchées, les symptômes les plus courants comprennent :

• douleur (généralement pelvienne) qui survient généralement juste avant la menstruation, et diminue après la menstruation,
• rapports sexuels douloureux,
• crampes pendant les rapports sexuels,
• crampes ou douleurs pendant les selles ou la miction,
• infertilité,
• douleur lors des examens pelviens.

L’intensité de la douleur peut varier d’un mois à l’autre et peut varier considérablement selon les personnes touchées. Certaines femmes éprouvent une aggravation progressive des symptômes, tandis que d’autres peuvent avoir une résolution de la douleur sans traitement.

La douleur pelvienne chez les femmes atteintes d’endométriose dépend en partie de l’emplacement des implants endométriaux d’endométriose. Les implants plus profonds et les implants dans les zones de forte densité nerveuse sont plus susceptibles de produire de la douleur. Les implants peuvent également libérer des substances dans la circulation sanguine, qui peuvent provoquer des douleurs.

La douleur peut survenir lorsque les implants endométriosiques incitent à la cicatrisation des tissus environnants. Ainsi, il ne semble pas y avoir de relation entre la sévérité de la douleur et la quantité de maladies anatomiques présente.

L’endométriose peut être l’une des raisons de l’infertilité pour les couples qui sont par ailleurs en bonne santé. Lorsque des examens laparoscopiques sont effectués lors des évaluations de l’infertilité, des implants sont souvent trouvés chez des individus totalement asymptomatiques. De plus, les raisons de la baisse de la fertilité chez de nombreuses patientes atteintes d’endométriose ne sont pas comprises. L’endométriose peut inciter la formation de tissu cicatriciel dans le bassin. Si les ovaires et les trompes de Fallope sont impliqués, les processus mécaniques touchés par le transfert des ovules fécondés dans les trompes peuvent être modifiés. En alternative, les lésions endométriosiques peuvent produire des substances inflammatoires qui affectent négativement l’ovulation, la fécondation et l’implantation.

D’autres symptômes qui peuvent être liés à l’endométriose comprennent :

• douleurs abdominales basses,
• diarrhée et/ou constipation,
• lombalgie,
• fatigue chronique
• menstruations irrégulières ou abondantes,
• miction douloureuse, ou
• urine sanglante (en particulier durant les menstruations).

Les symptômes rares de l’endométriose comprennent des douleurs thoraciques ou une toux sanguine due à l’endométriose dans les poumons et des maux de tête et/ou des convulsions dues à l’endométriose dans le cerveau.

Les causes de l’endométriose

La cause de l’endométriose est inconnue. Une théorie est que le tissu endométrial est déposé dans des endroits inhabituels, véhiculé par le flux rétrograde de débris menstruels à travers les trompes de Fallope, dans les cavités pelviennes et abdominales. La cause de cette menstruation rétrograde n’est pas clairement comprise. Il est évident que la menstruation rétrograde n’est pas la seule cause de l’endométriose, car de nombreuses femmes qui ont des menstruations rétrogrades ne développent pas ces conditions.

Une autre possibilité est que les zones tapissant les organes pelviens possèdent des cellules primitives capables de se développer en d’autres formes de tissu, comme l’endomètre. Ce processus est appelé métaplasie cœlomique.

Il est également probable que le transfert direct des tissus endométriaux au moment de la chirurgie soit responsable des implants d’endométriose. On les retrouve parfois dans les cicatrices chirurgicales (par exemple, épisiotomie ou césarienne). Le transfert de cellules endométriales, via la circulation sanguine ou le système lymphatique, est l’explication la plus plausible des rares cas d’endométriose, ceux qui se trouvent dans le cerveau et d’autres organes éloignés du bassin.

Enfin, il existe des preuves que certaines femmes atteintes d’endométriose ont une réponse immunitaire modifiée, ce qui peut affecter la capacité naturelle du corps à reconnaître le tissu endométrial ectopique.

Comment prévenir l’endométriose ?

Parce que la cause de l’endométriose est mal connue, il n’existe donc aucun moyen connu d’empêcher son développement ni de prévenir l’endométriose. Mais vous pouvez réduire vos chances de le développer en abaissant les niveaux d’hormones œstrogènes dans votre corps. L’œstrogène aide à épaissir la muqueuse de votre utérus pendant votre cycle menstruel.

Pour maintenir des niveaux d’œstrogènes inférieurs dans votre corps, vous pouvez notamment :

• Parler à votre médecin des méthodes hormonales de contraception, telles que les pilules, les patchs ou les anneaux contenant des doses plus faibles d’œstrogène.

• Faire de l’exercice régulièrement (plus de 4 heures par semaine). Cela vous aidera également à conserver un faible pourcentage de graisse corporelle. L’exercice régulier et une quantité inférieure de graisse corporelle aident à diminuer la quantité d’œstrogènes circulant dans le corps.

• Éviter de consommer de grandes quantités d’alcool. L’alcool augmente les niveaux d’œstrogène. Pas plus d’un verre par jour est recommandé pour les femmes qui choisissent de boire de l’alcool.

• Éviter également de grandes quantités de boissons contenant de la caféine. Des études montrent que boire plus d’une boisson contenant de la caféine par jour, en particulier les sodas et le thé vert, peut augmenter les niveaux d’œstrogène.

Existe-t-il un test pour diagnostiquer l’endométriose ?

Les gynécologues-obstétriciens sont le type de médecins qui traitent couramment l’endométriose. Ainsi, l’endométriose peut être diagnostiquée en fonction des symptômes de la douleur pelvienne et des résultats lors des examens physiques. Parfois, lors d’un examen rectovaginal (dans le vagin et dans le rectum), le médecin peut sentir des nodules (implants endométriaux) derrière l’utérus et le long des ligaments qui se fixent à la paroi pelvienne. À d’autres moments, aucun nodule n’est ressenti, mais l’examen lui-même provoque une douleur ou une gêne inhabituelle.

Malheureusement, ni les symptômes ni les examens physiques ne peuvent être invoqués pour établir de façon concluante le diagnostic d’endométriose. Les études d’imagerie, telles que l’échographie, peuvent être utiles pour exclure d’autres maladies pelviennes, et peuvent alors suggérer la présence d’endométriose dans les zones vaginales et vésicales. Mais ces éléments ne peuvent pas diagnostiquer l’endométriose de manière fiable. Pour un diagnostic précis, une inspection visuelle directe à l’intérieur du bassin et de l’abdomen, ainsi qu’une biopsie tissulaire des implants sont nécessaires.

En conséquence, la seule méthode définitive pour diagnostiquer l’endométriose est d’ordre chirurgical. Cela nécessite soit la laparoscopie soit la laparotomie.

La laparoscopie

La laparoscopie est la procédure chirurgicale la plus couramment utilisée pour le diagnostic de l’endométriose. Il s’agit d’une intervention chirurgicale mineure réalisée sous anesthésie générale ou, dans certains cas, sous anesthésie locale. Elle est généralement réalisée en ambulatoire (le patient ne reste pas dans l’établissement pendant la nuit). La laparoscopie est avant tout réalisée en gonflant la cavité abdominale avec du dioxyde de carbone, à travers une petite incision dans le nombril. Un mince instrument d’observation tubulaire (laparoscopie) est ensuite inséré dans la cavité abdominale gonflée pour inspecter l’abdomen et le bassin. Les implants de l’endomètre sont alors directement visibles.

Pendant la laparoscopie, des biopsies (prélèvement de minuscules échantillons de tissus pour examen au microscope) peuvent également être effectuées afin d’obtenir un diagnostic tissulaire. Parfois, des biopsies aléatoires, obtenues pendant la laparoscopie, montrent une endométriose microscopique, même si aucun implant n’est visualisé.

L’échographie pelvienne et la laparoscopie sont également importantes pour exclure les tumeurs malignes (comme le cancer de l’ovaire) qui peuvent provoquer bon nombre des mêmes symptômes qui imitent les symptômes de l’endométriose.

La laparotomie

La laparotomie est une intervention chirurgicale qui implique un chirurgien faisant une grande incision dans l’abdomen, ce qui est parfois appelé chirurgie ouverte. Elle n’est pratiquée que rarement lorsque la femme ne peut pas être facilement diagnostiquée par laparoscopie.

Quel est le traitement de l’endométriose ?

L’endométriose est le plus souvent traitée par les gynécologues-obstétriciens. Elle peut être traitée avec des médicaments et/ou une intervention chirurgicale. Les objectifs du traitement de l’endométriose peuvent inclure le soulagement des symptômes et/ou l’amélioration de la fertilité.

Votre gynécologue discutera avec vous des options de traitement et décrira les risques et les avantages de chacune. Lorsque vous décidez du traitement qui vous convient, il y a plusieurs choses à considérer, notamment :

• votre âge ;
• vos principaux symptômes, tels que douleurs ou difficulté à tomber enceinte ;
• si vous voulez tomber enceinte, certains traitements peuvent vous empêcher de tomber enceinte ;
• ce que vous pensez de la chirurgie ;
• si vous avez déjà essayé l’un des traitements.

Le traitement peut ne pas être nécessaire si vos symptômes sont légers, si vous n’avez pas de problèmes de fertilité, ou si vous approchez de la ménopause, lorsque les symptômes peuvent s’améliorer sans traitement.

L’endométriose s’améliore parfois d’elle-même, mais elle peut s’aggraver si elle n’est pas traitée. Une option consiste à surveiller les symptômes et à décider de suivre un traitement s’ils s’aggravent.

Le traitement par analgésique

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS, comme l’ibuprofène ou le naproxène, sont couramment prescrits pour aider à soulager la douleur pelvienne et les crampes menstruelles. Ces médicaments analgésiques n’ont aucun effet sur les implants endométriaux ni sur la progression de l’endométriose. Cependant, ils diminuent la production de prostaglandines, et les prostaglandines sont bien connues pour avoir un rôle dans la cause de la douleur. Étant donné que le diagnostic d’endométriose ne peut être définitivement confirmé que par une biopsie, de nombreuses femmes, dont les plaintes sont soupçonnées être causées par l’endométriose, sont d’abord traitées pour la douleur sans qu’un diagnostic ferme ne soit établi. Dans de telles circonstances, les AINS sont couramment utilisés comme traitement empirique de première ligne. S’ils sont efficaces pour contrôler la douleur, aucune autre procédure ou traitement médical n’est nécessaire. S’ils sont inefficaces, une évaluation et un traitement supplémentaires seront utiles.

Étant donné que l’endométriose survient pendant les années de reproduction, de nombreux traitements médicaux disponibles pour l’endométriose reposent sur l’interruption de la production d’hormones cycliques normales par les ovaires. Ces médicaments comprennent des analogues de la GnRH, des pilules contraceptives orales et des progestatifs.

L’hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires

Des analogues d’hormones libérant de la gonadotrophine (analogues de la GnRH) ont été efficacement utilisés pour soulager la douleur et réduire la taille des implants d’endométriose. Ces médicaments suppriment la production d’œstrogènes par les ovaires en inhibant la sécrétion d’hormones régulatrices de l’hypophyse. En conséquence, les menstruations s’arrêtent, imitant la ménopause. Des formes nasales et injectables d’agonistes de la GnRH sont donc disponibles.

Les effets secondaires résultent du manque d’œstrogènes, et comprennent :

• bouffées de chaleur,
• sécheresse vaginale,
• saignement vaginal irrégulier,
• altérations de l’humeur,
• fatigue, et
• perte de densité osseuse (ostéoporose).

Heureusement, en ajoutant de petites quantités de progestérone sous forme de pilules (similaires aux traitements parfois utilisés pour soulager les symptômes de la ménopause), de nombreux effets secondaires gênants, dus à une carence en œstrogènes, peuvent être évités.

Progestatifs

Les progestatifs, par exemple, l’acétate de médroxyprogestérone, l’acétate de noréthindrone et l’acétate de norgestrel, sont plus puissants que les contraceptifs oraux. Ils sont recommandés pour les femmes qui n’obtiennent pas de soulagement de la douleur ou ne peuvent pas prendre un contraceptif.

Pilule

Elle peut être utile chez les femmes qui ne répondent pas ou ne peuvent pas prendre (pour des raisons médicales) des contraceptifs oraux.

Les effets secondaires sont plus courants et comprennent :

• Sensibilité des seins
• Ballonnements
• Gain de poids
• Saignement utérin irrégulier
• Dépression

Étant donné que l’absence de menstruations (aménorrhée), induite par des doses élevées de progestatifs, peut durer plusieurs mois après l’arrêt du traitement, ces médicaments ne sont pas recommandés pour les femmes prévoyant une grossesse immédiatement après l’arrêt du traitement.

Les pilules contraceptives orales (œstrogène et progestérone en combinaison) sont également utilisées souvent pour traiter l’endométriose. Parfois, les femmes qui ont des douleurs menstruelles sévères sont invitées à prendre l’OCP en continu, ce qui signifie sauter la partie placebo (hormonalement inerte) du cycle. Une utilisation continue de cette manière arrêtera généralement complètement les menstruations. Parfois, une prise de poids, une sensibilité des seins, des nausées et des saignements irréguliers peuvent survenir. Les pilules contraceptives orales sont généralement bien tolérées chez les femmes atteintes d’endométriose.

Inhibiteurs de l’aromatase et autres médicaments

Une approche plus actuelle du traitement de l’endométriose a impliqué l’administration de médicaments appelés inhibiteurs de l’aromatase. Ces médicaments agissent en interrompant la formation d’œstrogènes locaux dans les implants d’endométriose eux-mêmes. Ils inhibent également la production d’œstrogènes dans les ovaires et les tissus adipeux. Des recherches sont en cours pour évaluer l’efficacité des inhibiteurs de l’aromatase dans la gestion de l’endométriose. Les inhibiteurs de l’aromatase peuvent entraîner une perte osseuse importante en cas d’utilisation prolongée. Chez les femmes en préménopause, ces médicaments doivent être pris en association avec d’autres médicaments en raison de leurs effets sur les ovaires.

Autres médicaments pour traiter l’endométriose

Le Danazol (Danocrine) est un médicament synthétique qui crée un environnement hormonal riche en androgènes (hormone de type masculin) et faible en œstrogènes, en perturbant l’ovulation et la production ovarienne d’œstrogènes. Quatre-vingts pour cent des femmes qui prennent ce médicament auront un soulagement de la douleur et un rétrécissement des implants d’endométriose, mais jusqu’à 75 % des femmes développent des effets secondaires importants à partir du médicament. Ceux-ci incluent le gain de poids ou Œdème (gonflement), le rétrécissement mammaire, l’acné, la peau grasse, la croissance des cheveux chez les hommes (hirsutisme), l’approfondissement de la voix, le mal de crâne, les bouffées de chaleur, les changements dans la libido, les altérations de l’humeur.

À l’exception des changements de voix, tous ces effets secondaires sont réversibles. Dans certains cas, la résolution des effets secondaires peut prendre plusieurs mois. Les femmes atteintes de certains types de troubles hépatiques, rénaux ou cardiaques ne doivent pas prendre le Danazol. Ce produit est rarement utilisé.

La chirurgie

Le traitement chirurgical de l’endométriose peut être utile lorsque les symptômes sont sévères ou en cas de réponse inadéquate au traitement médical. La chirurgie est le traitement préféré en cas de distorsion anatomique des organes pelviens ou d’obstruction de l’intestin ou des voies urinaires. Il peut être classé soit comme conservateur, dans lequel l’utérus et le tissu ovarien sont préservés, soit définitif, ce qui implique une hystérectomie (ablation de l’utérus), avec ou sans ablation des ovaires.
La chirurgie conservatrice est généralement effectuée par laparoscopie. Les implants de l’endomètre peuvent être excisés ou détruits par différentes sources d’énergie (par exemple laser, courant électrique). Si la maladie est étendue et que l’anatomie est déformée, une laparotomie peut être nécessaire.

Bien que les traitements chirurgicaux puissent être très efficaces pour réduire la douleur, le taux de récidive de l’endométriose après un traitement chirurgical conservateur a été estimé à 40 %. De nombreux médecins recommandent un traitement médical continu après la chirurgie afin de prévenir la récurrence de la maladie symptomatique.

Conclusion

L’endométriose ne vous aide aucunement à être en paix avec vos menstruations. Il est toujours nécessaire de réaliser un diagnostic pour vous aider à être plus bienveillante avec votre corps. Plus vous en connaîtrez davantage, plus vous serez en phase avec votre maladie. Le choix du traitement résulte d’un dialogue entre vous-même et votre médecin. Et si vous souffrez, et que ce n’est pas l’endométriose, vous méritez toujours de trouver des solutions pour soulager vos douleurs qui sont handicapantes au quotidien.

Blog